Lettre à Maud (1)

Maud,

Vous ne pouvez vous imaginer l’émoi qui a été le mien tout à l’heure au dîner. Toute cette après-midi, j’ai eu envie de poser sur vous le regard d’un homme touché par votre simplicité, votre énergie, ce mélange entre douceur et force, le regard d’un homme qui au fil des heures passées à vous écouter parler commençait à s’imaginer pouvoir coller son corps contre votre peau dénudée.

Vous ne pouvez imaginer Maud à quel point, à l’issue de notre après-midi de travail, j’espérais pouvoir rester auprès de vous. J’en étais fébrile, les collègues me parlaient sans que je ne sois capable d’être attentif à ce qu’ils me disaient. Vous étiez en retrait du groupe, au téléphone, vous étiez expressive, totalement à ce que vous faisiez, et pendant que les autres me parlaient, moi je restais le regard posé sur vous, sur votre visage.

Je suis descendu sur vos seins, ces seins que je devine lourds et doux comme du satin. Ces seins que j’imagine déjà prendre à pleine bouche pour les téter goulûment, les saisir dans mes mains et vous téter à tirer votre peau douce au fond de ma bouche. Maud, vous n’imaginerez jamais que mon sexe s’est mis à grossir alors que j’étais dans ce hall impersonnel, assailli par les collègues mais tout à mes rêveries de vous.

Je n’ai rien montré de tout cela, mais avez-vous toutefois ressenti comme j’avais envie de vous ? Non pas uniquement de vous au sens strictement charnel, mais de vous aussi par l’esprit, vous connaître, vous apprendre, vous comprendre, vous découvrir, m’émerveiller de la femme que vous êtes, vous offrir ce qui me porte, les lieux que je côtoie, les paysages qui m’environnent. Je crois que cela pourrait se résumer en quelques mots qui disent tout « être à vos côtés ».

(…)

Vous, cet ailleurs qui est en moi depuis que nous nous sommes rencontrés.
Je vous observe depuis quelque temps et sens bien qu’un lien particulier se crée entre nous.
Vous savez, chaque mouvement de la journée a été orienté vers vous et ma tenue soigneusement choisie pour aguicher vos sens, nos contacts virtuels ayant largement aiguisé les miens. Et pourtant, si je perçois une envie sourde, lointaine, je ne peux y associer un seul geste, un seul regard de votre part, de quoi devenir folle.
Lorsqu’un appel m’a éloignée du groupe, c’est avec dépit que je me suis détachée de la troupe en marche et que j’ai tenté, vainement, de me concentrer sur ma conversation. La poitrine en avant, mise en valeur par ce décolleté que je vous ai vu reluquer lorsque nous nous sommes présentés tout à l’heure, je tentais malgré tout de rester à portée de vos yeux, pour capter ne serait-ce qu’un coup d’oeil de votre part.
Vous savez, cette énergie sexuelle totalement folle qui m’envahit quand je pense à vous, que je suis à vos côtés, sans que je puisse l’expliquer… c’est très étrange pour moi ! Une énergie aux fantasmes débridés, aux images crues, aux langages grossiers, à des références que je n’ai pas et dont je ne connais absolument pas l’origine. Si ce n’est ce que vous m’inspirez.

(…)

Publicités

3 réflexions sur “Lettre à Maud (1)

  1. C’est bon les lettres imaginaires avec le détail des opérations ou émotions envisagées, puis la réponse en retour qui dit « ben pareil » ! ♥ On devrait inventer Facebook tiens, on saurait vite si c’est réciproque ou pas ces pensées intimes…♥
    Merci Plume, tu sais raconter les choses ^^

  2. On pourrait presque sentir cette énergie se dégager du texte et nous envahir. La vulgarité des propos de Maud est torride.
    En même temps, le statu quo semblait inévitable dès le départ.
    Que dire de plus à part : la suite ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s