Plaisir d’écrire

Poser trois mots, puis un frisson. Délier quelques phrases, puis un pantalon.

Retrouver son inspiration, sa respiration, dans un flot de lettres et d’émotions.

Lécher ses doigts levés du clavier, le regard droit planté dans le sien.

Reprendre le cours de son écrit, rester concentrée.

Sentir un souffle sur la nuque, laisser la brise porter les idées.

Se délecter d’une langue pointue qui fourmille de désir à peine caché.

Eteindre la lumière de l’écran, fermer les yeux et offrir son sein.

Aspirer le membre à portée, dans un soupir lent et profond.

Laisser libre cours, libre envie, folle envie, à son imagination.

Publicités

7 réflexions sur “Plaisir d’écrire

  1. J’objecte respectueusement, vous ne reprendriez pas l’écriture après qu’un tel scénario eut commencé, ce qui, j’admets, est triste (plaisir et privilège de vous observer écrire, même quelques instants) et réjouissant (plaisir des corps qui s’entremêlent dans l’instant) à la fois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s