Nocturne (1)

Les vagues viennent lécher ma peau encore sèche, langoureusement, tièdes et douces. Immergée jusqu’à la taille, je m’amuse de la couleur ocre de l’eau, légèrement mordorée par endroit. L’écume scintillante et aérienne est un régal pour les yeux. L’eau m’entoure et me remplit, je la sens titiller mon intimité au rythme de ses flots. L’air est moite, la nuit violette donne une teinte magique à ce moment si… particulier. L’eau s’immisce maintenant en moi, avec tact et fermeté. Un doigt d’eau me caresse à l’intérieur et je sens mes fluides se mélanger au liquide salé. Je cligne des yeux, les images se télescopent.

Dans la pénombre de la pièce, je sens juste son odeur qui m’enveloppe. Son bras passé par dessus ma taille bouge imperceptiblement. Il accompagne les mouvements de sa main posée plus bas, beaucoup plus bas. Il fouille mon sexe d’un doigt tendre et aventurier. Dos à lui, je me remémore les images encore parfaitement ancrée dans mon esprit, respire l’iode imaginaire restée dans mes sinus, profite de la sensation tiède de cette vague d’apparence humaine.

Son souffle excite mon oreille et sa bouche ne tarde pas à trouver le grain de mon cou. Ses baisers se font mouillés, sa langue joue avec ma chair de poule comme une anguille chasserait du plancton. Je sens son désir contre mes fesses. Il continue son petit manège et sait parfaitement jouer avec mes sensations : il plonge, le plus loin possible, pour ressortir frotter son doigt contre ma fente, ce qui ne manque pas de me faire tressaillir, puis retourne dans la moiteur de mon envie.

Alors que sa bouche parfait le mouvement de sa main, je continue à me réveiller et les soupirs se font plus sonores. Le plaisir monte, petit à petit, et je n’ai rien envie de faire pour intervenir. Ni pour augmenter la tension, ni pour l’apaiser. Juste l’ambition de prolonger ce rêve sensuel qui m’a parfaitement mise en condition. Qu’il profite de moi encore, alors je ne cherche pas à conceptualiser ce qui se passe. Je m’abandonne, profite de ce demi-sommeil pour n’en prendre que l’essence sexuelle.

Je le sens mordiller le lobe de mon oreille et l’entends me chuchoter un mot d’amour. Je soupire d’aise, ondule mon bassin, timidement, somnolente. Son sexe se fait plus hardi et se cale dans ma raie, séparant mes fesses d’un mouvement efficace. Il titille mon anus de son gland, j’ouvre la bouche pour lui dire quelque chose mais mes cordes vocales ne fabriquent pas le son. Je me contente de glisser ma main sur ses fesses, poussant son bassin contre le mien, maintenant mes yeux fermés.

Il se recule, me tourne doucement sur le dos, écarte mes jambes et s’allonge sur moi. Il aime faire jouer sa queue à la surface de mon sexe, pour faire enfler mon désir. Je gémis faiblement, j’entrouvre les yeux, je le vois sourire. Ce sourire conquérant que j’aime tant, satisfait et comblé à la fois. Je replonge dans les semi-limbes de mon expérience quasi tantrique. Il force mon intimité, lentement, sans réelle précaution mais sans me faire mal non plus. J’aime ce moment entre l’animalité et l’égard. Un concentré de plaisir en quelques secondes de pénétration.

Sa verge entre en moi, s’accrochant parfois à mes peaux, retrouvant toujours le glissement nécessaire grâce à mes sucs. Il me remplit de toute sa vigueur nocturne et ne bouge plus pendant un bref instant, juste le temps de se contracter au creux de moi, que je sente la chaleur de son membre se mélanger à celle de mes entrailles. Il niche son nez dans mon cou, me respire, me lèche, puis me susurre un compliment totalement renversant. Je m’ouvre encore plus, l’invite à poser une cadence, empoigne la peau de son dos avec toute la force que mes mains peuvent avoir dans ce sommeil perturbé.

Alors qu’il va et vient en moi de plus en  plus vite, de plus en plus fort, je lui lacère le dos. Il en grogne de surprise puis de plaisir, ce qui redouble l’ascension de ma spirale de jouissance. Elle s’enroule avec ardeur, diffusant sa tension dans mon corps tout entier, je pose mes mains sur ses fesses, les yeux toujours clos. L’orgasme me terrasse, emmenant avec lui le peu d’énergie que j’avais réussi à réunir depuis le début de nos ébats. C’est à une poupée de chiffon qu’il fait honneur, lui offrant  sa semence dans un long râle, comme un trophée donné dans un souffle inspiré.

Publicités

11 réflexions sur “Nocturne (1)

  1. J’aime beaucoup. Cette sensualité au fil de l’eau et des mots.
    Les images, le ressenti, l’approche et la conclusion.
    Il n’y a aucune extravagance, juste du plaisir, du désir et de la jouissance.
    Ce premier Nocturne est très beau Succuba.

  2. Philo, oui, un récit simple, axé sur le plaisir… j’ai voulu rendre l’ensemble un brin poétique…

    Effrontée, tout comme moi, même s’ils sont rares !

    peter pan, l’amour ne peut être que bien fait et partagé, sinon, ça s’appelle autrement… 😉

  3. Vous écrivez le désir et le sexe de maniere bluffante.
    Cela m’inspire que vous les aimez et que le transcrivez impecablement.
    Je m’y suis vu un peu, en fermant les yeux.

  4. « je lui lacère le dos »
    cool, moi j’adore aussi faire ça, sauf pour les mecs mariés à qui il ne faut pas laisser de traces, pas cool parce que dans ces cas faut arriver à se maitriser et on du mal à se dire « pas griffer » et en même temps « hum…vais jouir ». Grand dilemme !
    Je dis n’importe quoi, moi !
    Bises de papillon

  5. X-Addict, merci beaucoup pour ces compliments, ça me touche beaucoup (et non, je ne vous dirai pas où…)

    VéroPapillon, morale, il faut bien choisir entre un amant et un amant…

  6. C’est superbement écrit, on est emporté par la vague…
    J’aime beaucoup le réalisme et la poésie à la fois du moment retranscrit (ou rêvé, mais on s’y voit !)

  7. pour la petite histoire c’est de moi dont parlait véropapillon sur le refus de se faire lacerer le dos.

    joli texte mais il convient de se remettre à la plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s